Ménopause / Prolapsus

Le prolapsus, qu’est-ce que c’est ?

9. juin 2020

On vous a parlé de rectocèle, de cystocèle, de descente d’organes… tous ces termes peut être inconnus pour certaines et malheureusement, trop familiers pour d’autres. Aujourd’hui, on vous explique dans cet article ce qu’est un PROLAPSUS. Non, ce mot ne doit pas être tabou et au contraire, il faut parler de cette pathologie qui touche environ 11% des femmes à un moment de leur vie. Un prolapsus, c’est une descente d’un ou de plusieurs organes pelviens (vessie, utérus ou rectum) dans le vagin.

Comment détecter un prolapsus ?

Ces organes, normalement situé dans la cavité pelvienne, sont maintenus grâce à des fibres, muscles ou ligaments et c’est ce fameux périnée qui soutient ces organes par dessous (quand on vous disait qu’il fallait entretenir ce périnée, ce n’était pas pour rien !). Cependant, le périnée est fragile chez la femme à cause des orifices qui traversent le plancher pelvien. En plus, il arrive que les muscles et les ligaments qui maintiennent ces organes se relâchent et provoquent ainsi une pression sur la paroi vaginale jusqu’à parfois, entraîner un glissement d’une partie ou de la totalité des organes vers le vagin.

Il existe plusieurs types de prolapsus mais les trois principaux sont :

  • Cystocèle (ou descente de la vessie) : il s’agit de la descente de la vessie dans le vagin. C’est la forme de prolapsus la plus courante, soit 4 cas sur 5.
  • Hystérocèle (ou prolapsus de l’utérus) : c’est la descente de l’utérus dans le vagin.
  • Rectocèle : vous l’aurez donc compris, c’est la descente du rectum dans le vagin.

Si vous ressentez une sensation de pesanteur au niveau du périnée ou du vagin, un examen gynécologique est vivement conseillé chez un professionnel de santé. Si le prolapsus n’est pas traité à temps, cela peut s’aggraver et une opération chirurgicale sera inévitable.

Les facteurs aggravants d’une descente d’organes

Le prolapsus peut survenir à n’importe quel moment dans la vie d’une femme, bien que le risque augmente avec l’âge.

Les facteurs de risques sont nombreux :

Eh oui, tout est relié au périnée !

Rééduquer son périnée pour éviter un prolapsus

Prendre soin et rééduquer son périnée en prévention est donc essentiel pour éviter une descente d’organes !

En cas de début de descente d’organes, la rééducation du périnée est toujours vivement conseillée afin d’éviter une opération chirurgicale. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le témoignage du Dr Fleur Story, urologue.

En effet, si vous souffrez d’un prolapsus, s’il est pris en charge à temps, la situation n’est pas irrémédiable. Grâce à la rééducation périnéale, vous pourrez renforcer vos muscles pelviens et réduire le risque d’aggraver votre prolapsus. C’est d’ailleurs le cas d’Eve, qui a pu éviter une seconde descente d’organes grâce à Emy.

Si vous savez déjà comment bien contracter votre périnée, vous pouvez continuer à le tonifier seule grâce à notre application Emy qui vous permet de réaliser des séances d’exercices à domicile. Vous pouvez compléter vos entraînements avec une sonde connectée de biofeedback comme Emy et vous pourrez alors suivre vos progrès et visualisez vos contractions en temps réel !

télécharger sur app storeClick me

Cependant, si le stade du prolapsus est trop avancé, un traitement chirurgical sera sûrement à envisager. Dans tous les cas, si après avoir lu cet article, vous avez un doute sur le fait d’avoir un prolapsus, prenez RDV chez un professionnel de santé qui saura vous aider et vous conseiller un traitement adapté.


Newsletter

Recevez les dernières actualités et les promotions de Fizimed.

1 likes

Réactions (1)

  • juillet 13, 2020 par Annie massot

    Annie massot

    Difficile a vivre au quotidien avec ce genre de problème.

Votre e-mail ne sera pas publié.

Notre application mobile

Click me télécharger sur app store