Mon périnée & moi

Quel est l’impact du sport sur le périnée ?

8 février 2019

Rappelons tout d’abord que le périnée est sollicité au quotidien dans ses fonctions de continence et de support des organes pelviens. Il faut l’imaginer comme une structure en 3 dimensions, mobile, qui s’adapte à nos mouvements et même à chaque respiration.

Selon le sport pratiqué, le périnée peut être plus ou moins sollicité. Dans les sports dits « portés » comme le vélo, la natation, le roller, l’impact sur le périnée est relativement faible. En revanche, dans les sports à impacts (course à pied, tennis, trampoline) le périnée est très sollicité et des problèmes peuvent survenir au long terme.

Fuites urinaires

En effet, pour éviter les pertes d’urines involontaires (fuites urinaires), il faut que la pression de fermeture du sphincter (schéma de gauche) soit plus importante que la pression qu’exerce l’urine pour sortir (schéma de droite) :

Mais sur des grosses contractions abdominales, le ventre appuie sur la vessie et le sphincter ne peut pas retenir l’urine. Lors de la course à pied, les fuites surviennent après un peu de temps car les muscles sphincters s’épuisent et deviennent moins efficace.

Descente d’organes

Les organes pelviens affectés (vessie, utérus, rectum) sont posés sur le périnée et suspendus par des muscles et des ligaments. Avec la répétition de chocs, ces muscles et ligaments suspenseurs peuvent se distendre, mal tenir en place ces organes et les laisser descendre dans le vagin, c’est un prolapsus. Il est favorisé par les sports à impact.

Des statistiques

Les fuites urinaires touchent 52% des athlètes féminines selon une étude de 2002* et 11% des femmes sont touchées par un prolapsus au cours de leur vie**

Quelles solutions ?

Il existe des nombreuses solutions qui doivent être discutées avec des professionnels de santé et adaptées au sport, au niveau de pratique et à l’importance de la gêne.

Pessaire

Il s’agit d’un dispositif intravaginal qui maintient les organes pelviens à leur place. Facile d’insertion, cette solution est la plus simple à mettre en œuvre.

Rééducation

En prévention ou lorsque les symptômes sont déjà présents, la rééducation permet de prendre conscience de son périnée et de le renforcer.  Elle peut se faire dans un cabinet de rééducation ou à domicile (avec des solutions comme Emy) et prévient la survenue de fuites urinaires et de descente d’organe.

Chirurgie

La chirurgie est la solution de dernier recours. Il s’agit de soutenir le sphincter lors de l’incontinence urinaire et de replacer les organes en cas de prolapsus.

Sources :

*Thyssen HH, Clevin L, Olesen S, Lose G. Urinary incontinence in elite female athletes and dancers. Int Urogynecol J. 2002;13(1):15– 7.

**Source : https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/prolapsus-genito-urinaire/comprendre-prolapsus-genital

Cet article a été rédigé par Paul Grandemange, masseur kinésithérapeute et co-fondateur de Fizimed

1 likes

Votre e-mail ne sera pas publié.