cystocèle, fuites urinaires solution rééducation du périnée

Cystocèle, comment régler le problème ?

Quand on parle de périnée, il est souvent question de fuites urinaires. Mais le périnée peut souffrir d’autres problème en lien avec un manque de tonicité, par exemple, le prolapsus. Aussi appelé « descente d’organe », le prolapsus peut prendre différentes formes et est nommé selon le (ou les) organe(s) qui descende(nt). Le prolapsus le plus fréquent chez la femme est appelé cystocèle et correspond à une descente de la vessie. Dans la cystocèle, la vessie quitte son emplacement naturel (en avant du vagin, derrière la symphyse pubienne, pour descendre en partie dans le vagin. Zoom sur les symptômes, les causes et les traitement de cette pathologie

Qu’est ce qu’une cystocèle ?

La cystocèle se caractérise par une descente de la vessie contre la paroi vaginale. Elle peut se poursuivre et s’extérioriser si elle n’est pas traitée à temps. Une boule devient alors visible à l’extérieur du corps. La cystocèle comporte 4 stades de gravité :

  • Grade 1 : la descente de la vessie est faible et le prolapsus reste intravaginal
  • Grade 2 : la vessie affleure la vulve, sans s’extérioriser pour autant
  • Grade 3 : le prolapsus dépasse l’orifice vulvaire
  • Grade 4 : le prolapsus s’extériorise totalement
La solution Emy évite la cystocèle

Quels sont les symptômes d’une cystocèle ?

Un examen gynécologique permet le plus souvent de détecter une cystocèle. Les femmes peuvent ressentir une sensation de pesanteur pelvienne ou vaginale, symptôme qui doit les alerter et les amener à prendre rendez-vous chez leur professionnel de santé. Généralement, des problèmes d’ordre urinaire peuvent être symptomatiques d’une descente de vessie : incontinence urinaire, sensation de ne pas pouvoir vider entièrement sa vessie, cystites à répétition, gêne pendant les rapports sexuels…

Quels sont les causes d’une descente de vessie ?

Le périnée est l’un des grands coupables de l’apparition d’une cystocèle. Une pression répétée au niveau du plancher pelvien provoque un affaiblissement de ce dernier. Il ne sera plus en capacité de soutenir les organes sous l’effet d’une pression trop importante. Tous les facteurs qui impactent la tonicité du périnée peuvent favoriser l’apparition d’une cystocèle. Par exemple, on peut citer :

  • L’accouchement
  • Le port de charges lourdes importantes et répétées
  • Les activités sportives à « à-coup » comme le running, le tennis, la corde à sauter…
  • Le surpoids
  • La constipation chronique
  • La toux chronique (tabagisme, asthme…)

Comment prévenir l’apparition d’un prolapsus génital ?

Des mesures hygiéno-diététiques préventives peuvent être mises en place pour limiter les risques. Il est possible d’adapter facilement son alimentation pour prévenir l’obésité et la constipation ainsi que de pratiquer régulièrement une activité sportive douce pour protéger son périnée. La pratique régulière de la rééducation périnéale est aussi bénéfique car elle permet de tonifier les muscles du périnée qui soutiennent la vessie et les organes génitaux.

Quels traitements pour une cystocèle ?

Plusieurs solutions peuvent être proposées pour soigner une descente de vessie. De nombreux facteurs vont être pris en compte comme l’âge de la patiente, le grade de la cystocèle ainsi que l’impact des symptômes sur la qualité de vie et la gêne ressentie. Le traitement s’adapte aux symptômes et à la gravité de la cystocèle : d’abord, un traitement conservateur comprenant des mesures hygiéno-diététiques (perte de poids, lutte contre la constipation éventuelle, prise de conscience des hyperpressions sur le périnée, adaptation de la pratique sportive, etc.) ainsi que des séances de rééducation périnéale seront proposés. Ensuite, la présentation de dispositifs conservateurs (pessaires notamment) peut être envisagée. En dernier recours, la chirurgie sera évoquée mais là aussi, il existe plusieurs techniques opératoires qui doivent être discutées avec le chirurgien selon le stade de la cystocèle et l’avis de la patiente).

La rééducation du périnée pour soigner les grades 1 et 2

La rééducation périnéale est efficace sur la cystocèle (et sur les prolapsus en général), elle va se focaliser sur un renforcement des muscles qui constituent le plancher pelvien afin de contrer les augmentations de pression intra-abdominale et donc lutter contre la cystocèle. Le travail musculaire du périnée permet également de densifier le tissu conjonctif de soutien, ce qui améliore également le tenue de la vessie. Pour cela, différentes formes de rééducation périnéale sont possibles. Vous pouvez vous rendre chez votre kinésithérapeute ou votre sage-femme ou, si vous savez déjà correctement contracter votre périnée, vous pouvez le tonifier depuis chez vous grâce à une sonde d’auto-entraînement à domicile. La sonde connectée Emy a par exemple permis à Maryse d’éviter que les symptômes de sa cystocèle ne s’aggravent.

La solution Emy pour traiter une cystocèle

L’application gratuite « Emy – Exercices du périnée » propose des jeux ludiques basés sur des protocoles médicaux et accessibles facilement depuis votre smartphone. Vous musclez votre périnée à votre rythme et où vous voulez ! L’objectif est d’entretenir cette partie de votre corps pour éviter le prolapsus ainsi que la cystocèle, mais également pour améliorer vos relations sexuelles. En musclant votre périnée et surtout en le gardant tonique sur la durée, vous reprendrez le contrôle de votre corps.    

Télécharger l’application Emy

Le port d’un pessaire

Les pessaires sont des petits dispositifs qui s’insèrent dans le vagin et qui permettent de maintenir la vessie en place. Ils représentent une solution de soutien « mécanique » et peuvent avoir différentes formes : anneau, disque ou cube. Ce sont des dispositifs transitoires qui peuvent être utilisés ponctuellement lors d’une activité sportive ou portés quotidiennement en attendant une opération par exemple.

L’opération chirurgicale

Lorsque le cystocèle est à un grade avancé, un traitement chirurgical peut être envisagé. En fonction de l’âge de la patiente, les opérations peuvent être différentes. Une chirurgie plus simple par voie basse (vaginale) sera privilégiée pour les femmes plutôt âgées qui n’ont plus d’activité sexuelle. Une chirurgie plus fiable par voie haute (abdominale) peut être privilégiée dans les autres cas. Dans tous les cas, nous vous conseillons de consulter un gynécologue ou un urologue. Ces professionnels de santé sauront vous guider dans la solution la plus efficace à mettre en œuvre pour régler votre problème.

Retour en haut
Temps de lecture
5 minutes
Les articles sur le même thème
Pour une meilleure expérience, veuillez tourner votre écran SVP